Rapport annuel

Ce rapport d’activités illustre le remarquable travail académique et didactique accompli par les membres du Département de chirurgie de l’Université de Montréal. En plus de dispenser tous les jours des soins de haute qualité, ils contribuent à la formation chirurgicale de la relève médicale, du premier cycle aux spécialisations en chirurgie, et innovent constamment pour améliorer les soins à la population. Ce rapport, rédigé en collaboration avec les directeurs adjoints, les responsables de la vie universitaire de notre Département, les chefs de division et les chefs hospitaliers, démontre également l’ampleur et la richesse en expertises de notre réseau. Je les remercie chaleureusement d’avoir fourni un résumé des activités de leur unité administrative.

Alors que je termine sous peu mon deuxième mandat comme directeur du Département, je suis fier des progrès accomplis. Les divisions chirurgicales, maintenant bien en place, permettent en particulier une discussion saine sur les recrutements, qui se font par ailleurs dans des conditions administratives de plus en plus complexes. Je constate que le sentiment d’appartenance à l’Université de Montréal s’est accru dans notre Département, en raison notamment de l’impact déterminant du leadership des chefs de division à ce niveau. D’autres départements, dont ceux de radiologie et de gynécologie, sont d’ailleurs en train d’adopter un mode de fonctionnement similaire au notre.

Nos programmes d’enseignement ont intégré les innovations pédagogiques proposées par les organismes d’agrément et nos  directeurs de programme et responsables de la formation au premier cycle ont bien répondu aux différentes exigences de ces organismes. Si la visite de membres du comité d’agrément s’est bien déroulée au premier cycle, certains de nos programmes de spécialisation demandent un effort additionnel pour devenir conformes aux exigences du collège des médecins et du collège royal, en dépit du travail acharne des directeurs de ces programmes. Cette situation n’est pas unique à notre Département, mais nous devrons redoubler d’ardeur pour atteindre les standards exigés.

Nos journées chirurgicales et pédagogiques ont présenté des activités et conférences de très haute qualité et attiré de nombreux participants. Ceux-ci en ont d’ailleurs fait une excellente évaluation. Le Groupe d’intérêt en chirurgie de l’Université de Montréal (GICUM) est très actif; il a déjà incité de jeunes étudiants à envisager une carrière chirurgicale. Notre journal Le fil chirurgical est de plus en plus étoffé et raffiné, et nos professeurs et étudiants sont heureux d’y faire paraître des informations pertinentes pour tous les membres du Département. Il se fait davantage de recherche clinique et fondamentale dans toutes les Divisions. Nous avons maintenant 13 chaires de recherche dont les titulaires poursuivent des travaux qui font rayonner notre Département. Certains de nos  professeurs participent à des projets humanitaires en Afrique ou sur d’autres continents, et ils veulent en faire davantage. Pour cette raison, nous avons entrepris des démarches en Haïti et devrions finaliser sous peu une entente de partenariat avec les départements de chirurgie de ce pays.

Ce rapport d’activités est le dernier auquel je participe en tant que membre du comité éditorial. Je souligne que ce fut un grand privilège pour moi d’occuper le poste de directeur du Département de chirurgie de l’Université de Montréal. J’ai côtoyé de grands chirurgiens, des professeurs enthousiastes et des chercheurs de haut niveau, toutes ces qualités étant souvent réunies en une même personne. Je remercie les professeurs de leur soutien et de leur détermination à améliorer la qualité des soins à la population par une implication académique de grande qualité.

Luc Valiquette
Directeur du Département de chirurgie

© Département de chirurgie - Faculté de médecine de l'Université de Montréal